+41 21 623 00 23 finance@enfinconsulting.ch
Avec Enfin ! vos finances deviennent simple.

Si depuis 1997 une machine ( » Deep Blue « , d’IBM) peut battre un champion du monde d’échecs ;
si, depuis 2007, une autre machine ( » Polaris « , de l’Université de l’Alberta) humilie des joueurs de poker professionnels ;
si, depuis 2016, une machine ( » AlphaGo « , de Google) écrase un des meilleurs joueurs de go de la planète,

Alors une machine pourrait-elle remplacer votre conseiller financier ?

 

Conseils en finance grâce à l'intelligence artificielle ?

L’intelligence artificielle (IA) a ceci d’intéressant qu’elle permet à la machine d’apprendre. Elle apprend plus vite que l’homme, elle ne dort jamais, elle ne perd pas son temps à la machine à café. Et elle n’a pas d’états d’âme, encore qu’on puisse même lui enseigner l’empathie.

On ne compte plus les fintechs (les startups actives dans la finance) qui développent des algorithmes destinés à la gestion de fortune ou au trade finance. La plupart des banques pensent que l’intelligence artificielle sera désormais le principal vecteur par lequel elles communiqueront avec leur clients ces prochaines années. C’est en quelque sorte  » Matrix  » au service de la finance. Et la réalité qui nous attend dépasse sans doute la fiction de la célèbre trilogie.

Les néobanques proposent déjà des robots pour gérer vos investissements et portefeuilles. Mais les domaines très spécialisés et individualisés où la confiance est primordiale ne sont pas encore prêts à se laisser envahir par les droïdes ! Tout comme la relation client a très certainement encore de beaux jours devant elle ! Gestionnaires de fortune ou conseillers financiers sont-ils donc encore nécessaires voire, irremplaçables ? On l’espère bien ! Le progrès pourrait par contre venir d’une synthèse entre les deux, ce qui équivaudrait à combiner intuition humaine et techniques infaillibles.

Codirecteur du Laboratoire d’intelligence artificielle IDSIA, à Lugano, l’Allemand Jürgen Schmidhuber passe pour un des visionnaires de l’IA. Quand on l’interroge sur les caractéristiques qu’il préfère chez l’être humain, il répond sans rire :  » L’imagination et l’inventivité de beaucoup de gens.  » Et chez la machine ?  » L’imagination et l’inventivité de beaucoup de machines.  » Perspectives vertigineuses ! Non ?

ENFIN (!), un grand débat !